Co-construire, c’est construire à plusieurs. Les futurs habitants qui reprennent possession de leur lieu de vie, selon les envies mais aussi leurs besoins, leurs aspirations, leurs moyens. Le groupe de futurs habitants suit chaque étape de la construction de son immeuble et intervient dans toutes les décisions qui sont prises.

 

L’habitat participatif recouvre une pluralité de réalités. Chaque projet est unique. Il est le fruit de la réflexion d’un groupe d’individus aux attentes et aux envies qui leur sont propres, dans des lieux géographiques très variés. Les zones de densités variées influent également les projets. Ce mode constructif et d’habitat est cependant encadré. Par des textes de références tout d’abord tels que la charte du réseau des collectivités pour l’habitat participatif. Vous avez également le Livre blanc édité par la coordination du mouvement associatif.

Le principe fondateur de ces textes :

Les futurs habitants et usagers participent activement à la programmation et à la conception de leur cadre de vie.

 

Cela dénote de l’implication en amont des futurs habitants, mais également de l’implication qu’ils vont conserver dans leur cadre de vie. Pour eux, mais également pour la collectivité. Un autre point essentiel des textes évoqués précédemment met en lumière le fait qu’une « action collective développée par les participants permet l’émergence d’un nouvel acteur social et procure aux citoyens une nouvelle capacité d’agir collectivement ».

L’habitat participatif apporte des réponses à de nombreux besoins. Lien social et générationnel, qualité architecturale et environnementale, une nouvelle urbanité attractive et solidaire ou l’accès à la propriété à des coûts raisonnables ne sont que quelques arguments pour développer cette pratique.

 

Devenez les acteurs de votre cadre de vie !

Le principe est simple : des personnes – amis – famille et/ou inconnus – se réunissent et décident ensemble leur habitat. Le groupe de co-constructeur crée ainsi un voisinage à son image, en construisant de nouveaux logements ou en rénovant des bâtiments existants.

Vous assistez à toutes les décisions, vous participez aux choix de conception, de réalisation et de gestion de votre lieu de vie. La motivation première de l’habitat participatif est le vivre ensemble. Construire un voisinage convivial et solidaire. Redonner du sens à son lieu de vie et retrouver les liens de partage et d’entraide qui facilitent la vie de tous !

Réunis autour d’une charte des valeurs partagées que vous co-rédigez, vous pouvez décider de mutualiser certains espaces (chambres d’amis, salle polyvalente, jardin potager, etc.) et d’organiser des services de voisinage. Les familles avec jeunes enfants peuvent co-acheter un local qui sera dévolu à une microcrèche. Un groupe peut se composer de personnes souhaitant préparer leur retraite et co-prévoir un local médicalisé. Tous les projets de vie sont possibles.

 

Habitat participatif : un coût de revient optimisé

Toutes les familles : jeunes couples, monoparentales ou nombreuses, séniors, célibataires et solos peuvent accéder plus facilement à la propriété s’ils le souhaitent. Mutualiser certaines parties de vie comme la chambre d’amis – la buanderie – le cellier – les locaux de rangement – les voitures …, permet de dégager de l’espace dans les parties privatives. Vous gagnez en qualité de vie sans ajouter des mètres carrés. Dans les zones à forte tension immobilière, c’est une plus-value majeure. Privilégier la qualité constructive permet un immeuble peu énergivore. Au-delà de la dimension environnementale, cela induit des économies financières indéniables.

L’habitat participatif est porteur d’innovations : il vous permet de créer des logements plus confortables et adaptés à vos besoins, dans le respect de l’environnement et de votre santé. Une solution d’avenir pour promouvoir la diversité, dans le respect de chacun et pour construire un nouveau lien social dans votre quotidien.

 

Habitat participatif et développement durable

La notion de « vivre autrement » est fondatrice de l’habitat participatif.

Cette notion recouvre les besoins individuels bien évidemment. Le développement durable en est aussi l’un de ses piliers. Orientation du bâti, sources de chaleur renouvelables, gestion des déchets, choix des matériaux… Dans ce type de projets, les jardins se partagent, la gestion de l’immeuble aussi. En faire un bâtiment à énergie positive est une composante majeure.

Parce que l’environnement n’est plus une idée « d’écolos » mais bien l’avenir de chacun, parce que l’on peut plus faire comme si l’on ne savait pas, les modes d’habitat de demain se doivent de répondre à ses enjeux environnementaux.

  • Un habitat vertical / Peu énergivore, voire passif / La mise en commun d’un maximum de bien de consommation courante
  • Développer la participation citoyenne et de nouvelles pratiques fondées sur l’entraide et la coopération ;
  • Favoriser le renouvellement des quartiers en encourageant l’eco-construction ;
  • Viser la qualité architecturale et environnementale

 

Le cadre juridique de l’habitat participatif

Les projets d’habitat participatif sont aujourd’hui pleinement reconnus au niveau juridique. En effet, ils sont encadrés par des textes fondateurs qui en fixe l’éthique. Ils le sont également par des textes de loi. La loi ALUR a créé un cadre juridique pour l’habitat participatif.

Il est en effet impératif de sécuriser juridiquement et financièrement les opérations. Un membre fragile face aux mensualités de son crédit met toute la communauté en défaut.  Il faut également pouvoir revendre, mettre en location sans mettre en péril la communauté.

Chez moi demain, grâce à sa brique juridique spécialisée en droit de l’immobilier, des habitants plus particulièrement, permet de baliser les projets dès la constitution du groupe puis lors des phases d’accompagnement de ce dernier. En effet, Chez moi demain apporte les réponses juridiques mais également notariales à la constitution du projet.

 

Le participatif au-delà de l’habitat

Côté collectivités : un nombre croissant de collectivités de toutes tailles soutiennent les initiatives participatives. Certaines les intègrent désormais à leur politique publique. Il suffit pour se faire une idée plus précise de cette dynamique croissante de savoir que le réseau national des collectivités pour l’habitat participatif réunit ces acteurs depuis 2010.

Côté professionnels : de plus en plus de professionnels gravitant autour de la construction sont sensibles et porteurs de projets d’habitat participatif. Architectes, bim manager, constructeurs, bailleurs sociaux, banquiers … Innovez dans votre pratique pour répondre aux attentes nouvelles ainsi qu’aux enjeux économiques et écologiques actuels. Replacer l’humain au cœur du procédé, à tous niveaux, est la pierre angulaire d’un projet participatif.

 

Chez moi demain : facilitateur de construction participative

Nous sommes AMO. Nous accompagnons le projet, de sa naissance à la remise des clés, et après. Mais pas que…

Chez moi demain crée des groupes et les accompagne à chaque étape de du projet. Nous répondons aussi à des groupes déjà constitués en vous accompagnant sur :

  • La recherche de foncier ;
  • L’étude de faisabilité sur PLU ;
  • La faisabilité économique ;
  • Le dépôt de permis / Les appels d’offres / Le choix des entreprises ;
  • Le suivi du chantier ;
  • L’animation et l’accompagnement des co-constructeurs dans leur projet.

« Devenir acteur de son logement et non plus consommateur », implique une bonne dose de patience. Nous parlons ici d’un véritable projet de vie, d’une aventure : trouver un terrain, un notaire, un bailleur si besoin, cela exige de vivre son projet au long cours et de s’impliquer fortement. Ce n’est pas pour tien que cette donnée est la pierre angulaire de tous les textes constitutifs de l’habitat participatif.

Il faut souvent compter plus de deux ans avant de pouvoir entrer dans son logement. Et ceci lorsque toutes les conditions sont réunies. Il faut également prendre sur son temps libre les soirs et week-end pour des réunions de concertation, d’écriture des cahiers des charges, d’analyse de plans…

Tout l’intérêt de l’accompagnement trouve son sens ici. Le gain de temps en recherche de foncier – montage des dossiers – analyse des études de faisabilité (PLU et économiques) – analyses des appels d’offres – relance des uns et des autres pour que le projet ne patine pas… Autant d’huile dans les rouages qui va permettre au projet de gagner en fluidité et donc en efficacité.

Déterminez votre lieu de vie idéal avec Chez moi demain !

Fermer le menu